Le Royaume de Faërie

Le monde de Faerie regroupe des espèces multiples. La même espèce peut d’ailleurs porter un nom différent selon sa position géographique. Il est donc plus que compliqué de les classer. Nous essaierons plus ou moins de les reconnaître afin de tenter de capter quelques renseignements sur ceux qui nous fascinent.
Ce monde peut choisir de vous ouvrir ses portes, comme ne jamais se dévoiler.Il faut savoir que la vision enchanteresse que nous pouvons avoir de cet univers ne correspond pas à la réalité. Faerie est un monde qui réunit la beauté captivante, la laideur repoussante, la joie malicieuse, la méchanceté intentionnelle, la douceur attendrissante, mais aussi la terreur affligeante.

Ces êtres se sont eloignés de notre monde que nous dégradons peu à peu avec force et ignorance.
Peut on encore espérer les retrouver?

Les origines de Faerie:

Nous trouvons plusieurs versions quant à son origine. Cela fait, bien entendu, également parti du mystère…
Selon un mythe nordique, : Ymir vers
elfes de lumiere et elfes de nuit.

“Les sorcières naquirent de la race de Vitholf,

Tous les voyants sont issus de Vilmeith,

Et les artisans des charmes sont les enfants de Svarthofthi,

Et d’Ymir descendent tous les géants.”

VIII- Gangleri dit : ” – Que firent alors les fils de Bor, dont tu crois qu’ils sont des dieux ? ”

Très-Haut répondit : ” – A ce sujet, il n’y a pas peu à dire. Ils prirent Ymir et le portèrent au centre du Vide Béant, et en firent la terre. Les terres furent composées de sa chair, et les rochers de ses os. Ils créèrent graviers et pierres de ses dents et de ses molaires, et de ceux de ses os qui étaient brisés.”
Et Egal du Très-Haut reprit : “- Du sang, qui coulait et jaillissait librement de ses plaies, ils firent la mer, une fois qu’ils eurent formé et affermi ensemble la terre émergée, et la ceignirent des flots marins en anneau tout autour. Et il apparut à la plupart des hommes qu’il serait presque impossible de les traverser.”
Et Troisième ajouta : ” – Ils prirent aussi son crâne, et en firent les cieux, et les disposèrent en quatre coins au-dessus de la terre. Et sous chaque angle, ils placèrent un nain, dont les noms sont Austri, Vestri, Nordri et Sudri. Puis ils prirent les braises ardentes et les étincelles qui volaient librement, projetées depuis Muspellheim, et les placèrent dans le firmament du Vide Béant, à la fois au-dessus et par en-dessous, afin d’éclairer le ciel et la terre. Ils assignèrent une place à chaque corps lumineux, certains dans le ciel, d’autres se mouvant librement sous la voûte céleste. Néanmoins, à ces derniers aussi, ils conférèrent une place, et réglèrent leur course. Ces faits, depuis lesquels sont décomptés les jours et racontée l’histoire des années, sont narrés dans les antiques poèmes, ainsi qu’il est dit dans la Voluspa :

“Sol ne savait où se trouvait sa demeure,

Mani ignorait quelle puissance il avait,

Les étoiles ne connaissaient pas leur place.”

Gangleri dit ensuite : “- Ce sont prouesses dont j’ouïs parler à présent. Il s’agit d’une œuvre considérable merveilleusement habile et intelligemment exécutée. Mais quelle forme donnèrent-ils à la terre ? ”

Et Très-Haut répondit : ” – Elle est arrondie en périphérie, et ceinte de la profonde mer. Et sur la rive de cette mer se trouvent les contrées qu’ils allouèrent comme demeure à la race des géants. Mais ils bâtirent à l’intérieur de la terre des fortifications tout autour du monde, pour le protéger de l’hostilité des géants, et utilisèrent à cette fin les cils d’Ymir le géant. Ils nommèrent cet endroit Midgard. Ils se saisirent également de son cerveau, et, le jetant en l’air, en constituèrent les nuages, ainsi qu’il est dit ici 2:

“De la chair d’Ymir fut façonnée la terre,

Et la mer de son sang,

Les montagnes, de ses os, les arbres, de ses cheveux,

Et de son crâne, le ciel.

Mais de ses cils, les clémentes puissances firent

Midgard pour les fils des hommes ;

Et de sa cervelle furent façonnés

Tous les nuages menaçants. ”

Mythe islandais: Eve enfants lavés, dieu condamnent ces enfants à rester loin des humains.
Ceux là deviennent les elfes: peuple des Huldres. les filles resteront terriblement belels mais porteront une queue de vache en bas de leurs dos.

Pour certains, les elfes restent tout simplement des anges déchus. Des païens morts et errants entre deux mondes, n’ayant ni gagner le paradis ni accéder à l’enfer.

Dans le dévon, les lutins seraient des âmes d’enfants qui ne furent point baptisés.

La localisation de Faerie:
w

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *